HUMANS – EACH SIDE STORY

PRÉSENTATIONS

 

Là où il y a un conflit, il y a d'abord et avant tout des Hommes. Et ces Hommes, nous ne les voyons jamais dans les médias traditionnels occidentaux. Cette exposition est réalisée dans le but de montrer tant aux israéliens qu'aux palestiniens à quel point ils se ressemblent (d'ici et là-bas). Elle a pour objectif de faire réfléchir chacun sur ce qu'il vit et montrer le quotidien de l'autre. Je ne souhaite pas prendre de position politique car j'estime que mon avis importe peu et je ne veux pas remettre de l'huile sur un brasier suffisamment alimenté. Enfin, je ne souhaite influencer personne sur ses propres opinions.

 

Dans cette exposition, vous ne trouverez pas de photos ou de commentaires sur les colonies / implantations, sur le mur de séparation,... car mon objectif n'est pas de montrer ce qui sépare les hommes mais plutôt ce qui les rassemble. Cela ne veut pas dire que je nie ou cautionne la souffrance existante.

 

Notons également que je ne suis pas spécialiste du Moyen-Orient, je ne connaissais rien de la situation avant de partir vivre là-bas en tant que volontaire de solidarité internationale avec http://ladcc.org . J'ai travaillé 18 mois (septembre 2013 - Janvier 2015) avec des personnes handicapées israéliennes et palestiniennes, juives, musulmanes et chrétiennes sans distinction. Petit à petit, j'ai eu l'occasion de découvrir, d'essayer de comprendre la complexité de la réalité locale. Les photos me servaient à tenter d'expliquer à mes proches ce que je vivais. Montrer qu'une ville, qu'un pays n'est pas seulement particulier par ses bâtiments mais surtout par les gens qui le peuple.

Il me tient aussi a coeur de susciter des questionnements sur nos pays occidentaux. Que pourrions-nous apprendre de tout cela, nous, en Europe? Tout est-il négatif? Ne pourrions-nous pas essayer de tirer du positif de tout cela? Y-a-t-il des parallèles à faire avec la Belgique?

 

Au niveau religieux, je ne me "classe" dans aucune religion, j'ai ma propre opinion sur le sujet et encore une fois, je ne veux pas qu'elle ait une incidence sur ce que vous lirez. Après tout, l'important n'est pas de "croire en quelque chose", l'important c'est juste d'y croire... que ce soit religieux ou non.

 

Corentin Laurent

 

VIVRE EN ISRAËL / PALESTINE - C'EST QUOI?

C'est croiser des militaires tous les jours, voir des enfants israéliens escortés par des agents armés pour aller à l'école, arriver en retard car une alerte à la bombe a eu lieu dans le tram...

C'est se rendre compte que chacun a une personne victime du conflit dans son entourage (tant israéliens que palestiniens, dans une chronologie plus ou moins grande).

C'est parler à un palestinien, l'écouter, tenter de le comprendre, mais ne pas forcément adhérer à tout son discours puis traverser la rue, parler à un israélien, l'écouter, tenter de le comprendre mais ne pas forcément adhérer à tout son discours.

C'est se promener dans Jérusalem Est et sentir la puanteur d'un liquide punitif déversé par Israël suite à une manifestation.

C'est traverser un checkpoint très régulièrement.

C'est également raccompagner ses collègues arabes dans la vieille ville en parlant anglais pour se faire passer pour des touristes pendant le conflit car elles ont peur... Elles sont arabes donc peuvent être victimes collatérales des israéliens extrémistes ; et chrétiennes donc peuvent être victimes collatérales des musulmans extrémistes.

C'est aller travailler et recevoir un coup de téléphone de sa collègue palestinienne en pleurs qui raconte qu'une roquette est tombée à proximité de sa maison en Palestine.

C'est se demander si son collègue absent le sera pour toujours, c'est se demander si son nouveau collègue est digne de confiance.

C'est voir des policiers en civil partout, apprendre à les repérer car ils se montrent suffisamment visibles pour les locaux mais pas assez pour le touriste lambda.

C'est voir des civils armés en faisant ses courses au marché.

C'est admirer les personnes qui vivent ce conflit depuis toujours et qui arrivent à rester souriant et digne face à la situation.

C'est entendre que lors des sirènes d'alarmes dans les rues de Jérusalem, alors que les israéliens restent calmes et s'abritent, certains palestiniens lancent des cris de joie, heureux de voir reprendre la résistance.

C'est entendre des festivités d'une fin de guerre sanglante côté palestinien.

C'est entendre un partisan israélien dire que des enfants morts sur une plage "c'est la guerre, c'est comme ça" d'un air indifférent.

C'est se demander si ce soir, on mange Kasher ou Halal et ne pas voir beaucoup de différences.

C'est se poser des questions sur notre rôle dans cette histoire et essayer de tirer du positif dans le négatif de tout ce conflit.

C'est rencontrer des personnes uniques et belles dans leur globalité et vivre des expériences hors du commun à leur côté.

C'est se voir déçu de ne pas arriver à montrer à quel point ces peuples, ces religions se ressemblent.

C'est aimer ces Terres et vouloir y retourner.